On ne peut appuyer sur ce bouton qu'une seule fois.
Ce serait étrange d'avoir peur alors que nous ressentons en nous un besoin profond de faire ce que nous faisons.
Mais en aucun cas, nous n'allons permettre à ces craintes de s'emparer de nous.
Pour contrer ce boycott, le système a décidé de faire preuve d'humanité.
Seule une femme peut vous remettre debout.Maria et moi avons déjà discuté des projets à venir.Et ça ne peut que me faire peur.Après votre libération, votre première déclaration fut : «La Russie sans Poutine!» Vous, les Pussy Riot, avez été condamnées à deux ans de camp seule la recherche du mari pour avoir chanté une prière punk dans une cathédrale de Moscou.Nous avons déjà identifié plusieurs personnes qui ont exprimé le souhait de résister de cette manière au système pénitentiaire.En ce moment, l'Etat russe fonctionne comme dans un conte pour enfants, dans lequel les JO sont l'objet magique.Si les représentants du Service pénitentiaire fédéral sont prêts à faire un pas vers les militants qui souhaitent améliorer le système, ce serait formidable!Rappelez-vous notre procès par exemple : durant notre procès, les pressions internationales étaient très fortes et pourtant, ça n'a rien changé à notre destin.Ma participation n'est plus obligatoire.



Maintenant, vous souhaitez vous engager pour la défense des droits de l'homme.
A la vie, ce qu'elle donne, tout ce qu'elle abandonne, il n'y a pas d'homme assez fort.
Seule son âme peut vous parler de vous.
Elle apparaît ci.
En ce qui concerne la participation de chacune d'entre nous au groupe, nous n'allons bien évidemment pas nous séparer puisque nous sommes liées à jamais à Pussy Riot.Nous sommes décidées à nous acquitter, dans quelques jours, de la dette que nous avons envers les prisonniers qui restent.Et ce refus, cette peur, cela se sent également dans les camps de travail.Cette motivation est née pendant des mois et des mois d'enfermement.Et du bout de ses doigts.A la vie, ce quelle donne, tout ce quelle abandonne, il ny a pas dhomme assez fort.



Elle a connu son apothéose à l'époque de Staline.
Au niveau de l'Etat russe, les responsables ont peur que leurs actions ne soient rendues publiques, même s'ils ne font rien de répréhensible.


[L_RANDNUM-10-999]