Dans ce bar où elle a lhabitude de retrouver ses copines, comme dans tous les endroits branchés de Conakry, Eliane, la trentaine, connaît chaque prénom, du gérant aux serveurs.
Lanimation de groupes de parole.
Mais avec le temps, il en vient à conseiller aux étudiantes amoureuses dau moins se fiancer, pour ne pas «rater le coche» une fois diplômées.Ce sont surtout les diplômes qui leur ont donné ce courage.«Quand un couple nest pas marié, la tradition veut que le papa vienne revendiquer la grossesse devant les parents de la mère.«Les femmes célibataires subissent une énorme pression sociale au"dien.CelibatairesDuWeb est un site de rencontre gratuit.Envoyer des messages et rencontrer des femmes célibataires de Guinée.Dans une société qui «attribue sa valeur à une femme par rapport à sa capacité à se marier le religieux met les pieds dans le plat en proposant douvrir le débat sur la polygamie.Cest comme si sa communauté reconnaissait lenfant, lacceptait.«On na pas besoin de revendiquer un statut de femme forte pour simposer, il faut juste montrer quon est compétente conclut-elle, pragmatique.Comme Eliane, Mariam a bouclé son master au Maroc, une destination à la portée de leurs parents fonctionnaires.Par cet acte, Eliane a intégré une catégorie sous-représentée en Guinée, celle des femmes qui, grâce à des études souvent longues, nont pas besoin dun homme pour les entretenir et peuvent ainsi se permettre dêtre exigeantes.«Il réunissait tout ce que je cherchais chez un homme.



Conséquence : la plupart occupent des emplois très peu valorisés et informels, et sont peu représentées dans les organes de prise de décision publique.
«Javais connu la vie de couple quand jétais étudiante et jen étais saturée, son statut ne mintéressait pas beaucoup.» Car, plus encore que le mariage, cest la maternité qui occupait son esprit.
Mais les gens sont obligés daccepter parce que jai une situation professionnelle quils admirent.» Mais Eliane vit cela comme un célibat subi.
«Il faut bien sûr que cela reste le choix de la femme, mais je pense quon doit être courageux et ne plus se voiler la face.» Une position qui peut surprendre chez celui qui milite depuis de nombreuses années pour la parité, mais il préfère.
Pression sociale au"dien, mère célibataire et autonome, Eliane a bien conscience de sa différence, il lui suffit dobserver le regard que les autres femmes de son âge posent sur elle.Une liberté teintée damertume.Mais les hommes quelles rencontrent et qui ont de bonnes situations sont le plus souvent déjà mariés.Aujourdhui responsable des relations publiques dun site de vente et location immobilières, elle fait au bureau des journées de douze heures au minimum.«Dès quun garçon entrait chez moi, il cessait subitement de me draguer et je ne comprenais pas pourquoi, se remémore-t-elle en riant.Après un passage par Paris les marseillais a miami rencontre shanna et thibault et par Londres, la jeune femme est rentrée à Conakry pour sinstaller.La jeune femme voudrait que la question de la famille soit discutée à lAssemblée nationale, «au moins pour que les nombreux enfants nés de ces unions illégitimes puissent être reconnus légalement».



«En Guinée, on te renvoie sans cesse à ton statut de non-mère, parce quenfanter est une évidence pour tous.

[L_RANDNUM-10-999]