Abd Al-Rahman continue à réorganiser l'armée en suivant l'exemple de ses ancêtres ; aux blind dating chapitre 8 groupes indisciplinés issus des annonces de sexe la province de savona différentes tribus dont ils continuaient à obéir, il préfère des soldats de métier aux ordres d'un gouvernement central.
Floris Cohen, The Scientific Revolution : A Historiographical Inquiry, chap.
Deux siècles plus tard, le centre-ville de Cordoue qui compte près de quarante-sept mosquées s'enrichira du palais d' Abd al-Rahman III, Madinat al-Zahra, chef-d'œuvre ayant coûté des sommes faramineuses mais qui permettait au nouveau calife d'affirmer son pouvoir et montrer aux autres puissances européennes.
Les premiers penseurs musulmans des XIe et XIIe siècles, qui tous ignoraient le grec, prennent connaissance de ces écrits à travers leurs traductions en arabe et les diffusent.
79 (es) «Para los autores árabes medievales, el término al-Andalus designa la totalidad de las zonas conquistadas - siquiera temporalmente - por tropas arabo-musulmanas en territorios actualmente pertenecientes a Portugal, Espana y Francia» (Pour les auteurs arabes du Moyen Âge le terme al-Andalus sert.D'origine Kurde, il quitte Bagdad et demande à Al-Hakam la permission de s'établir auprès de sa cour mais au moment de son débarquement sur la péninsule, Al-Hakam meurt et c'est Abd Al-Rahman II qui à l'occasion de le recevoir.Au Xe siècle, l'émirat est encore un jeune État à peine débarrassé des révoltes et des troubles qui l'agitaient à peine un siècle plus tôt.Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris au xiiie siècle montre un grand intérêt pour les philosophies arabe et grecque même sil n'hésite pas à critiquer et dénigrer les travaux dAvicenne sur ses réflexions pro-islamiques.Le plus grand danger venait certainement du califat chiite Fâtimide encore établi dans l'actuelle Tunisie et une partie de l'Algérie et qui lorgnait sur les terres du Maroc.Al Andalus se réduit à un peu plus de la moitié du territoire espagnol.Selon une autre étude de Capelli.Dans le reste du pays, des garnisons formées de soldats arabes mais aussi des mercenaires garantissent la sécurité du territoire.En 1145, le royaume des Almoravides s'effondre, renversé par les Almohades au Maroc et par les taïfas en Espagne.Le vieux pont romain en ruine est reconstruit de même que la muraille.Il est finalement arrêté à la bataille de Poitiers par Charles Martel, qui commence la réunion de lAquitaine sous contrôle des Vascons au royaume franc.Des milliers de musulmans quittent l'Espagne ou se réfugient dans le petit royaume de Grenade.



Charles-Emmanuel Dufourcq, La Vie"dienne dans l'Europe médiévale sous la domination arabe Rachel Arié, LEspagne musulmane au temps des Nasrides (1232-1492 Paris, de Boccard, 1973, 529.
«Gibraltar (de l'arabe Jabal Tariq ( « le mont de Tariq» du nom de Tariq ibn Ziyad, es - Picture of Gibraltar, Europe - TripAdvisor », sur m (consulté le ) Martyrs et Saints : Saint Parfait Histoire de l'Église, Ignaz von Döllinger, 1841.
Voir Al Muqaddimah de l'Imâm Ibn Khaldûn aux éditions Seuil.
Les troupes démobilisées à la suite de la défaite face à la cavalerie franque, composées d'Arabes et de Berbères appelés collectivement Maures, en s'installant dans ces nouvelles terres de la péninsule Ibérique, sont émerveillées de la présence de ruisseaux et de terres si fertiles.Un nouvel accord avec la Castille provoqua une rébellion dans la famille de l'émir et la région de Malaga se sépara de l'émirat.Il rappelle que le savoir a régulièrement circulé entre Byzance et l'Occident bien mieux qu'entre la civilisation islamique et l'Occident.Le cadi est choisi en fonction de ses compétences en matière de droit islamique, mais aussi pour ses qualités morales.En 1990, Joseph Perez, professeur de civilisation espagnole, minore la tolérance religieuse ayant existé en Espagne au Moyen Âge : « C'est la force des choses plus que l'esprit de tolérance qui a rendu possible la présence de communautés chrétiennes en terre d'Islam et de minorités.


[L_RANDNUM-10-999]