Et c'est au détour d'une soirée hyper-mal commencée que je l'ai rencontré.
Mais, au contraire, il me donnait confiance en moi.
En tout cas l'homme de mon retour à la vie.".
Tout l'après-midi nous avons visité la ville ensemble, fait les marchés, visité les petites églises.
Moi, grande blonde plutôt classique de la bourgeoisie rencontre avec femmes slaves nantaise ; lui, Colombien, très brun, haut fonctionnaire incorruptible au destin tourmenté.Aujourd'hui, grâce à Facebook, je peux dire que j'ai rencontré l'amour, mais aussi que j'ai appris à parler l'espagnol!M6 veut raconter aux midinettes des histoires damour (présent dans le titre.Ecrire une histoire damour (rencontre, raconter une rencontre amoureuse en espagnol.Alors que nous essayions de nous parler de plus en plus, le dialogue se fit peu à peu plus facile, et nous pouvions échanger sans trop de peine.Tournant et retournant la scène dans ma tête.J'ai vite senti que je lui plaisais beaucoup, mais lui ne me plaisait pas encore.On a fini chez moi, sans même nous être embrassés.On a de nouveau parlé, bu, fumé, la tension montait, montait.J'étais en train de réaliser que je venais de faire la connerie de ma vie.'.Il m'a demandé un renseignement, nous avons engagé la conversation.C'est fou tout ce que deux inconnus peuvent avoir à se dire.



Jusqu'à ce que quelqu'un hurle, triomphant : 'Je les ai!' Sonnant le glas de notre histoire.
Calme, tranquille, avec l'envie toute simple d'aimer et me laisser aimer.
Je le trouvais beau, classe avec sa barbe de quelques jours et son rencontres avec des femmes à bucaramanga espagnol parfait.C'était comme une parenthèse, un truc en suspens au dessus de l'océan.Au petit matin, on s'est retrouvés, épuisés, à marcher dans les rues.Je l'ai quand même embrassé dans le cou, puis je suis partie.La première nuit fut torride, mais il fallait que je rentre à mon hôtel, et j'ai tenu à finir la route à pied.( en.


[L_RANDNUM-10-999]